Une voiture silencieuse, sans pot d’échappement ni pollution qui génère sa propre électricité en utilisant de l’hydrogène. Depuis un an et demi, ce chauffeur de taxi travaille avec ce type de véhicule et il en est entièrement satisfait. Pendant 11 heures, il roule au quotidien 250 kilomètres. Le plein dure moins de cinq minutes pour 500 kilomètres d’autonomie. La voiture capte l’oxygène de l’air ambiant qui est envoyé dans une pile centrale où est également envoyé l’hydrogène stocké dans le réservoir. Le mélange produit de l’électricité qui active le moteur. Un plein de 5 kilos de gaz sous pression coûte 50 euros tous les deux jours : 30% plus cher qu’un plein de diesel. Mais quand il purge son moteur, le chauffeur récupère… De l’eau.

Malgré l’intérêt de certains professionnels, les constructeurs français ne proposent aucun modèle. Une PME grenobloise a donc décidé de se lancer dans l’aventure. Ses ingénieurs ont créé une pile à hydrogène qui s’installe dans une camionnette Kangoo à batterie électrique. Lorsque la batterie est vide, la pile à hydrogène prend le relais et prolonge l’autonomie. Le réservoir, rempli de ce gaz particulièrement explosif, est conçu afin d’être extrêmement résistant. Depuis un an et demi, une entreprise de livraison utilise ce type de camionnette à Lyon (Rhône). Même en cas de limitation de circulation en cas de pollution, tous les clients seront livrés à temps. L’hydrogène peine cependant à convaincre en France : seules 18 stations sont ouvertes, 22 sont en projet. Il en faudrait 500 pour couvrir tout le territoire. Les distributeurs hésitent à investir tant qu’il y a peu de véhicules. Les spécialistes voudraient que le gouvernement finance de nouvelles stations. Selon une étude, l’hydrogène, qui ne pollue pas et peut être fabriqué à base d’électricité verte, pourrait peser 20% de l’énergie mondiale d’ici 2050 avec 30 millions d’emplois à la clé.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Créer un compte