La permaculture

La permaculture et la consommation locale

  • La permaculture c’est la “Culture Permanente”, un terme introduit par l’Anglais Rob Hopkins qui a rédigé un mode d’emploi pour les villes en transition. Il s’agit tout d’abord de faire face à la transition énergétique en redevenant autonome et surtout en consommant moins d’énergie. Une des manières les plus évidentes consiste à reconquérir et relocaliser notre agriculture au plus près.

La permaculture est un art de vivre. Elle associe l’art de cultiver la terre, pour la rendre fertile indéfiniment, avec l’art d’aménager le territoire. Le parcours permaculturel commence avec l’éthique et les principes de conception, et progresse à travers les domaines clés nécessaires à la création d’une culture durable. La trajectoire qui évolue en spirale raccorde ces domaines, et progresse depuis le cadre personnel et local jusqu’au collectif et au global.

Le Transition Book, bible de la permaculture, part d’un constat : quand la pénurie de pétrole va s’accentuer, il deviendra de plus en plus difficile d’importer des haricots verts d’Argentine ou des kiwis de Nouvelle-Zélande. La permaculture renverse donc les principes de l’agriculture traditionnelle pour proposer un nouveau mode de production agricole très économe en énergie

La permaculture comment ça marche ?

  • La permaculture est une méthode de planification écologique destinée à concevoir des systèmes stables et autosuffisants. Elle renverse les dogmes de l’agronomie traditionnelle pour proposer un nouveau mode de production agricole très économe en énergie (travail manuel et mécanique, carburant…) et respectueux des êtres vivants et de leurs relations réciproques.

Elle est axée sur quatre grands principes :

    • pas de labour,
    • pas de pesticides,
    • pas d’engrais,
    • pas de sarclage.

carrePotagerUne.jpg

L’association de cultures, pour jardiner sans pesticides

Voir aussi les technique d’association des cultures avec les auxiliaires de jardin

La permaculture s’interroge d’abord sur la conception d’un site (d’une ferme, d’un village, d’une maison individuelle, etc.), puis elle dispose ces éléments pour obtenir le bénéfice maximal dans un ensemble harmonieux. Ensuite, elle offre une structure qui rassemble des principes écologiques dans un schéma cohérent pour les rendre utilisables en pratique.

La base de la permaculture n’est pas uniquement d’analyser les éléments constitutifs d’un système individuellement, mais aussi de prendre en compte leurs interactions, dans le but de produire une compréhension de l’Ecosystème dans l’optique d’une utilisation par l’homme. La permaculture emprunte des techniques à de nombreux domaines. C’est l’approche et l’état d’esprit qui définissent la permaculture, et non les techniques employées.

Des bonnes volontés de Wallonie, en Belgique, ont décidé de partager la permaculture et les secrets des bons légumes.
Cette technique de culture potagère, qui prend en considération la biodiversité des écosystèmes, possède donc désormais sa page et son site. La démarche est désintéressée, partageuse et n’a pour but que d’améliorer le quotidien des gens: https: //www.facebook.com/permaculteurs, et http: //www.permaculteurs.com.»

  • www.hipchickdigs.com/2012/05/herb-spiral-update/
  • www.permaculture.fr
  • www.geofflawton.com/sq/15449-geoff-lawton
  • www.permaculture.co.uk/what-is-permaculture
  • //permacultureprinciples.com/fr/pc_principles_poster_fr.pdf

Catégorie: Développement durable

0 Commentaires

Laisser une réponse

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Créer un compte