La permaculture est un concept mêlant le maraîchage, la philosophie, l’éthique et le développement durable. Le mot permaculture signifie « culture permanente » et a été créé et utilisé pour la première fois dans les années 70.  Les méthodes utilisées en permaculture sont instinctives et peuvent se reproduire aisément dans un potager de particulier.

Permaculture : qu’est-ce que c’est ?

La permaculture a été inventée dans les années 70 par Bill Mollison et David Holmgren, scientifique et essayiste australiens. Le but était de créer un système de production afin d’être moins dépendant de l’industrie. La permaculture est depuis devenue une philosophie de vie prônant 3 grands principes :

  1. prendre soin de la nature en l’observant et en l’aidant à produire sans la brusquer ;
  2. prendre soin de l’humain en jardinant pour produire la nourriture de manière raisonnée ;
  3. créer l’abondance et distribuer le surplus car la permaculture utilise des méthodes de production permettant d’avoir de très bons rendements.

Techniques de permaculture

Débuter en permaculture

Étant donné que la permaculture a pour but de laisser faire la nature, la première étape est de créer un sol aussi naturel que possible.

Pour cela, il faut faire un trou assez large et profond pour y placer des morceaux de bois de grosse taille : ils constitueront les déchets qui seront décomposés et transformés en humus par les microorganismes du sol. Ensuite, on place du compost légèrement décomposé et enfin une couche de compost prêt à l’emploi. Ainsi, on dispose des 3 principales couches d’un sol (de haut en bas) :

  • de l’humus frais et bien décomposé ;
  • de l’humus en cours de décomposition ;
  • des débris végétaux qui vont être transformés en humus.

Recouvrir de terre l’ensemble va apporter les roches et cailloux utiles, c’est-à-dire la couche minérale du sol. L’ensemble formera une butte qui va se tasser avec le temps. Les cultures peuvent être placées directement sur celle-ci.

Bon à savoir : afin d’imiter au mieux la nature, les cultures ne peuvent pas être uniformes : il faut faire des associations pour limiter le développement des maladies et ravageurs. De plus, pour éviter l’apparition d’adventices, il faut planter très serré pour que, seules, les plantes désirées grandissent.

Entretien en permaculture

L’objectif de la permaculture étant d’imiter la nature, les opérations d’entretien sont très limitées. En effet, une fois les cultures en place, il faut arroser si nécessaire et éventuellement désherber.

Pour les plantes vivaces telles que l’artichaut ou le fraisier, il faudra, avant l’hiver, mettre une protection comme un voile d’hivernage pour éviter le gel. Au début du printemps, une fois les protections retirées, nettoyez les plantes en enlevant les parties moisies, sèches ou abîmées avant de recommencer une culture.

Permaculture : bilan

Avantages

Inconvénients

  • Entretien très limité.
  • Rendement important.
  • Si les cultures ne sont pas serrées : risque d’apparition d’adventices et paillage non acceptée par les puristes de la permaculture.
  • Au bout d’un an, il est compliqué de semer en place avec les autres végétaux déjà présents.

Bon à savoir : en permaculture, toutes les cultures sont mélangées de façon asymétrique et ne demandent qu’un entretien très limité. Votre jardin aura donc l’air très sauvage, ce qui peut présenter un atout ou une contrainte esthétique en fonction de vos goûts.

Source

0 Commentaires

Laisser une réponse

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Créer un compte