Regards sur la gestion de la biodiversité cultivée en France

Fanny LEVROUW, Laureline DROCHON, (Guy Kastler, Patrick de Kochko, Emilie Lapprand, Frédéric Latour, 31 octobre 2014

Capitalisation ou gestion dynamique et collective des connaissances ?

â€ș Par Patrick de Kochko

Notre imaginaire est Ă  ce point colonisĂ© que nous peinons Ă  trouver d’autres mots que “capitalisation”, empruntĂ© au jargon de la finance, pour dĂ©finir la mission confiĂ©e Ă  l’équipe salariĂ©e du RĂ©seau Semences Paysannes (RSP) en 2011 de rassembler et dĂ©crire les modes d’organisation collective pour gĂ©rer la biodiversitĂ© cultivĂ©e, mis en oeuvre par les paysans et les jardiniers. L’empirisme paysan qui a nourri l’humanitĂ© depuis 12000 ans est aujourd’hui systĂ©matiquement dĂ©valorisĂ© au profit de la techno-science au coeur de la stratĂ©gie industrielle.

Ce document apporte la preuve de la crĂ©ativitĂ© paysanne et jardiniĂšre retrouvĂ©e et dĂ©montre qu’il est bien plus important de renforcer nos liens communs plutĂŽt que de capitaliser des biens, fussent-ils “communs”.

Il y a Ă  peine plus d’un siĂšcle, la biodiversitĂ© domestiquĂ©e et cultivĂ©e par les humains ne cessait de s’enrichir, fruit de la diversitĂ© des formes de vie, des histoires et des cultures paysannes et bien sĂ»r des rencontres et des Ă©changes. Elle bĂ©nĂ©ficiait d’une multiplicitĂ© d’organisations collectives paysannes et jardiniĂšres basĂ©e sur la diversité : des rĂ©seaux horizontaux et informels, Ă©volutifs et adaptables.

L’industrie est passĂ©e par lĂ  et l’uniformitĂ© a colonisĂ© les champs faisant disparaĂźtre cette immense richesse collective grĂące une organisation verticale et pyramidale. La crĂ©ativitĂ© paysanne a alors laissĂ© la place Ă  la discipline militaire des normes, des machines et des armes chimiques. A la crĂ©ation du RĂ©seau Semences Paysannes en 2003, ce sont des individus rĂ©sistants aux clones de l’industrie qui ont la joie de se rencontrer, de mettre en commun leurs expĂ©riences et de rĂ©aliser qu’il est nĂ©cessaire de retrouver ces liens pour faire Ă©merger la prise de conscience par la sociĂ©tĂ© de l’importance de la biodiversitĂ© cultivĂ©e. Onze ans plus tard, mĂȘme si l’emprise de l’industrie ne faiblit pas et si l’armada des brevets et des biotechnologies produit de nouvelles menaces, le RSP peut se rĂ©jouir du travail accompli, de l’émergence des enjeux liĂ©s Ă  la biodiversitĂ© et du dĂ©but de reconnaissance des pratiques paysannes en matiĂšre de semence.

InitiĂ© par les organisations nationales des agricultures paysannes et biologiques, le RSP a reliĂ© des paysans sĂ©lectionneurs, des associations de conservation du patrimoine vĂ©gĂ©tal, environnementale et de solidaritĂ©, des artisans semenciers et des chercheurs dispersĂ©s aux quatre coins de l’hexagone pour tisser un rĂ©seau d’organisations locales que l’on aime aujourd’hui appeler Maisons des Semences Paysannes. Aussi, il est bien difficile de trouver suffisamment de mots pour reflĂ©ter la diversitĂ© des expĂ©riences prĂ©sentĂ©es dans ce document. L’analyse des diffĂ©rents aspects de l’organisation locale est aussi, en soi, un exercice rĂ©ducteur.

La prĂ©sentation dans le cahier central d’un recueil de fiches synthĂ©tiques sur les organisations rencontrĂ©es rĂ©vĂšle Ă  quel point il serait vain de chercher une recette ou un prototype de Maisons des Semences Paysannes. L’objectif de cet ouvrage n’est pas de fournir un guide technique ou une “boĂźte Ă  outils”, mais au contraire de reflĂ©ter cette diversitĂ© et de montrer l’importance du partage d’expĂ©rience pour crĂ©er du lien, inciter Ă  la rencontre et stimuler l’envie de se lancer dans l’aventure des Maisons des Semences Paysannes.

Ce document a nĂ©cessitĂ© un trĂšs gros travail collectif qui a dĂ» se faire en plusieurs Ă©tapes et sur une pĂ©riode plus longue que prĂ©vue : enquĂȘtes auprĂšs des 35 collectifs par Fanny Levrouw et LaurĂ©line Drochon (respectivement ancienne animatrice et stagiaire du RSP), premier rapport et analyse pour nourrir les rencontres internationales des Maisons des Semences Paysannes de 2012 Ă  PĂ©rigueux, Ă©changes avec les membres enquĂȘtĂ©s puis validation des fiches de prĂ©sentation, prĂ©paration du document final, enrichissement par l’ensemble de l’équipe salariĂ©e, relecture finale, premiĂšre Ă©dition papier en avril 2014 destinĂ©e Ă  ĂȘtre amendĂ©e par l’ensemble des membres du RSP, et enfin cette Ă©dition d’octobre 2014 destinĂ©e Ă  ĂȘtre diffusĂ©e largement.

C’est pourquoi elle est en libre accĂšs sur le site internet du RSP. Par manque de moyens, toutes les organisations locales adhĂ©rentes au RSP n’ont pas pu ĂȘtre enquĂȘtĂ©es ni prĂ©sentĂ©es dans le cahier central. Ce dernier sera actualisĂ© sur le site du RSP au fur et Ă  mesure de nouvelles possibilitĂ©s d’enquĂȘtes et/ou des retours des organisations souhaitant y figurer afin d’enrichir encore la gestion dynamique et collective de nos connaissances communes.

Bonne lecture.

À tĂ©lĂ©charger

  • les-maisons-des-semences-paysannes.pdf (6,6 Mio)

Notes

Qu’est-ce qu’une Maison des Semences Paysannes ?

Durant les dix derniĂšres annĂ©es, les premiĂšres initiatives pionniĂšres de gestion collective de la biodiversitĂ© cultivĂ©e ont essaimĂ© un peu partout en France. De ces initiatives est nĂ© le RĂ©seau Semences Paysannes qui s’est employĂ© Ă  dĂ©velopper et Ă  dĂ©fendre les pratiques paysannes de conservation, de sĂ©lection et d’échanges de semences. L’heure Ă©tait donc venue de faire un bilan de ces multiples expĂ©riences de gestion collective de la biodiversitĂ© cultivĂ©e.

Issu d’un travail d’enquĂȘte auprĂšs de trente-cinq collectifs, cette publication propose une mise en perspective de diffĂ©rents systĂšmes qui Ă©maillent le territoire français. Les modes organisationnels des groupes Ă©tudiĂ©s sont ainsi dĂ©crits pour chacune de leurs activitĂ©s. Plus que rĂ©pondre au “pourquoi” (urgence de crĂ©er une alternative concrĂšte aux “kits” chimiques : semences, engrais, pesticides), nous nous sommes ici intĂ©ressĂ©s au “comment”. L’accent a Ă©tĂ© donc dĂ©libĂ©rĂ©ment mis sur les constructions sociales autour des Ă©changes de semences paysannes et des savoir-faire associĂ©s.

Ce sont ces processus collectifs qui fondent le socle commun permettant à la biodiversité cultivée de regagner les champs et les assiettes.

A l’image des Maisons des Semences Paysannes, cet ouvrage est une construction collective Ă©volutive : de nombreuses expĂ©riences n’ayant pu ĂȘtre relatĂ©es, nous souhaitons qu’il s’enrichisse progressivement de nouvelles prĂ©sentations de collectifs oeuvrant pour la biodiversitĂ© cultivĂ©e. Au delĂ , nous espĂ©rons qu’il participe aussi Ă  cet essaimage continu pour tisser toujours plus de liens et crĂ©er de nouvelles Maisons des Semences Paysannes !

Source

0 Commentaires

Laisser une réponse

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Créer un compte