Lecture : 3 minutes

Les gérants de l’enseigne Coccimarket, à Beg-Meil, ont fait le pari des circuits courts. Un choix qui résonne au lendemain du confinement « qui a accéléré le processus ».

Le confinement a fait évoluer certains usages. Durant ces longues semaines de restrictions, priorité a été donnée aux petits producteurs. Les consommateurs ont redécouvert les circuits courts. De bons sentiments qui semblent aujourd’hui s’évaporer. Certains commerçants tentent toutefois de conserver les bonnes habitudes. C’est le cas de Lionel et Agnès Hechter, gérants de la supérette de Beg-Meil, à l’enseigne Coccimarket.

Lorsque le couple s’installe en entrée de la petite station balnéaire fouesnantaise, en janvier 2016, il n’imaginait pas vivre les événements que l’on sait. Avec un devoir d’adaptation qu’ils entendent aujourd’hui mettre à profit. Néophytes dans le secteur du commerce, ils ont découvert un nouveau métier et une nouvelle région. Natifs du Pas-de-Calais, Lionel et Agnès Hechter ont découvert les us et coutumes des Fouesnantais et des estivants. « Nous sommes ouverts à l’année. Avec trois saisons bien distinctes : l’été, l’hiver et une période mixte. On s’adapte en aménageant nos horaires. Certains font leurs courses de la semaine chez nous. Pour d’autres, c’est du dépannage ».

« Nous sommes de petits artisans, nous sommes là pour rendre service »

« Le confinement nous a montré la voie »

Lionel Hechter sait qu’il ne pourra jamais empiéter sur le marché des grandes surfaces, très ancrées sur le territoire. « Mais le confinement nous a montré la voie ». Lorsqu’ils débarquent à Beg-Meil, les gérants conservent les liens tissés avec les fournisseurs locaux par les anciens propriétaires. Épicerie, crémerie, gaz, relais Poste, presse et magazines, pain et charcuterie à la coupe : les produits de base sont les mêmes. « Mais déjà, nous envisagions un rayon fleurs et des produits bio. Le confinement a accéléré le processus ». Lionel et Agnès Hechter accueillent désormais un étal de poissons et crustacés.

Des produits de maraîchers bio

Stéphanie, compagne de Damien, patron du Lilwenn (Concarneau), y vend ses produits frais le samedi matin. Un food-truck vegan a aussi trouvé une place sur le parking de la supérette. « Désormais, nous proposons également les produits de maraîchers bio. Le Jardins des Vergers, les Potagers de Kerrun, Mikaël Le Corre et d’autres encore sont des petits producteurs du Pays fouesnantais qui respectent leur métier et leurs produits ». Lionel Hechter sait qu’il ne pourra pas lutter en termes de prix avec les grandes surfaces. « Nous privilégions la qualité et les circuits courts. Nous avons ainsi installé un rayon spécial épicerie fine. Des soupes, des confitures… ».

À lire sur le sujetLa crise sanitaire a boosté durablement les circuits courts

Le couple semble par ailleurs très remonté contre la grande distribution « qui ouvre le dimanche après-midi. C’est de la concurrence déloyale faite aux petits commerces. Nous sommes de petits artisans, nous sommes là pour rendre service ».

Pratique

Ouvert en juillet et août du lundi au vendredi de 8 h à 13 h et de 15 h à 20 h, le samedi de 8 h à 20 h et le dimanche de 8 h à 13 h et de 17 h à 20 h. Tél. 02 98 94 98 32.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Créer un compte