L’autosuffisance alimentaire au Québec, est-ce possible?

Une serre sur toit des Fermes Lufa.

Une serre sur toit des Fermes Lufa.

Photo : Fermes Lufa

Tenter d’atteindre l’autosuffisance agroalimentaire du Québec, produire et acheter localement, c’est ce sur quoi mise le premier ministre François Legault pour relancer l’économie en ces temps de pandémie. Quels doivent être les premiers gestes à poser pour assurer l’autosuffisance? Jean-Martin Fortier et Jean-Claude Dufour, deux experts en la matière, discutent de quelques pistes de solution.

Au micro :

Jean-Claude Dufour, expert en gestion de la distribution alimentaire et ex-doyen de la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation de l’Université Laval

Jean-Martin Fortier, jardinier-maraîcher, cofondateur des Jardins de la grelinette et directeur de la production maraîchère à la Ferme des Quatre-Temps

« Nous sommes capables de produire, mais il faut le faire avec l’esprit qu’à l’autre bout, il faut que ce soit rentable », mentionne Jean-Claude Dufour.

Son discours fait écho aux revendications de Jean-Martin Fortier, qui croit qu’il faut d’abord s’attaquer aux tarifs d’Hydro-Québec.

« Il y a déjà des fermiers et des fermières qui font du maraîchage partout sur le territoire agricole du Québec, donc de plus petites fermes. Si on était capable de simplement les alimenter avec une source d’énergie beaucoup moins chère pour chauffer leurs terres, ils seraient capables de produire un, deux, voire trois mois plus tôt et plus tard et nourrir leur communauté et faire les marchés », explique Jean-Martin Fortier.

En complément :

0 Commentaires

Laisser une réponse

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Créer un compte