Initier les familles de l’ouest à la culture de leurs propres légumes à domicile. Tel est l’objectif de la Fondation Medine Horizons qui, bénéficiant du soutien du département Agrinnovation de Medine, a lancé en mai dernier le projet de formation de base en agriculture.

La vision globale du projet : promouvoir l’autosuffisance alimentaire à travers la formation et l’encadrement de familles vivant dans le catchment area du Groupe Medine et qui sont accompagnées par des ONG. Pour la seconde édition du projet, quelques 200 jeunes plants de laitue et de betterave ont été offerts à l’ONG Chrysalide et à une dizaine de familles suivies par l’ONG Lovebridge à Bambous. Avec une nouvelle et troisième formation et donation de plantules prévue fin août, cette initiative de la Fondation Medine Horizons est ainsi appelée à devenir un rendez-vous régulier.

Durant le confinement national, de nombreuses familles se sont retrouvées face au manque de légumes et herbes fraîches utilisés pour les repas. On assiste depuis à une véritable prise de conscience de l’importance d’avoir des aliments frais chez soi. De plus, avec l’effet post-COVID19, les choix de consommation ont pris une dimension citoyenne avec le consommer local. C’est dans cette optique que la Fondation Medine Horizons, avec l’aide du département Agrinnovation du Groupe qui produit notamment les fruits et légumes de la marque Jardins de Medine, a lancé en mai dernier un projet de formation pour la création et l’entretien d’un potager à domicile, ciblant pour la toute première édition, des familles de Bambous et bénéficiaires des ONG Quartier de Lumière, École Familiale de l’Ouest et Centre d’Amitié. Fort du succès de cette première édition, une seconde a suivi à destination des familles de Bambous, bénéficiaires quant à elles des ONG Lovebridge et Chrysalide à Bambous.

Le confinement est venu en effet remettre en perspective plusieurs sujets et problématiques : « Lors d’une de nos précédentes réunions de groupe de discussion, les familles que nous suivons ont manifesté un fort intérêt pour cultiver elles-mêmes leurs propres légumes chez elles et être davantage autonomes. Les familles se soucient du fait de sécuriser les approvisionnements en cas d’une deuxième vague de COVID-19. C’est dans cette optique que nous avons approché le Groupe Medine à travers la Fondation Medine Horizons, ayant entendu parler de leur projet de formation à l’autosuffisance alimentaire pour les familles de l’ouest », explique Pamela Jerry, travailleuse sociale à l’ONG Lovebridge.

Comment produire et récolter ses propres fruits

Ce projet de formation en culture de légumes renvoi à une dynamique mondiale : celle d’avoir un potager chez soi ; soit une première étape vers l’autosuffisance alimentaire. Tout le monde peut en effet cultiver ses propres légumes et nul besoin d’avoir un grand espace pour cela. Les équipes de l’Agriculture et de la Fondation se rendent ainsi chez les familles dans le but de les former. « Nous préférons faire don de jeunes plants au lieu de semences afin d’optimiser les chances de récolte. Au-delà du geste d’offrir des plantules aux bénéficiaires, nous leurs offrons surtout l’encadrement à travers la formation et un suivi », explique Nivershee Theeroovengadum, agronome au département Agriculture de Medine. Accompagnée lors de la dernière session de son collègue Jean-Claude Roopoo, le duo a prodigué des conseils pratiques aux bénéficiaires : préparation de la terre, utilisation du compost, entretien des cultures, entre autres.

Deux variétés de légumes ont été offerts : la laitue Batavia et la betterave. Ces deux plants ont un meilleur rendement et poussent facilement en hiver et présentent l’avantage de s’adapter très bien aux conditions pédoclimatiques (climat du sol) de la région. Le choix des légumes s’est donc porté sur ceux qui se récoltent à différentes périodes afin que les bénéficiaires puissent voir les fruits de leurs efforts assez rapidement. Il convient de souligner que la laitue Batavia, très populaire, est d’ailleurs proposée déjà sur les étagères des supermarchés par Jardins de Medine. Nivershee Theeroovengadum conseille aux familles de travailler sur une terre mouillée en binant le sol à l’aide d’une pioche. Les plantules sont ensuite enterrées dans une dizaine de centimètres dans le sol. Étant donné que la betterave attire naturellement les fourmis, l’agronome recommande d’utiliser un mélange de bicarbonate de soude et de sucre fin comme astuce naturelle pour les tenir éloignées.

Approche thérapeutique

Au centre résidentiel pour femmes de Chrysalide à Bambous, la culture de légumes fait partie de la thérapie occupationnelle proposée aux résidentes comme l’explique Georgette Talary, l’assistante directrice. « Nous disposons d’un potager pour la culture des légumes pour les besoins de la cuisine et en cas de surplus, ceux-ci sont vendus à la communauté avoisinante. Lorsqu’elles quittent le centre, les résidentes disposent d’une connaissance en culture de légumes qui leur permettra de planter leurs propres légumes dans leurs foyers également », affirme-t-elle.

À la fin de ces journées de formation de base en agriculture, les bénéficiaires ont démontré leur appréciation générale et comptent bien cultiver leurs propres légumes. Des plants leur ont également été offerts par Medine. Le prochain rendez-vous est fixé au 27 août à Camps Créole, Albion !

La Rédaction Maurice Actu

Please follow and like us:

0 Commentaires

Laisser une réponse

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Créer un compte