Le mouvement en faveur de la souveraineté alimentaire et de l’agriculture de proximité qui fait la promotion d’une plus grande autosuffisance alimentaire a pris beaucoup d’ampleur depuis quelques années. Contrairement aux préoccupations traditionnelles liées à la sécurité alimentaire visant à assurer un accès régulier à une alimentation saine, nutritive et suffisante, la souveraineté alimentaire est le droit présumé pour une communauté politique de définir ses propres politiques agricoles dans la mesure où elle ne compromet pas les politiques d’autrui. Les deux implications majeures de cette approche sont, d’une part, l’opposition à la libéralisation du commerce agricole et la protection de producteurs locaux non concurrentiels, et de l’autre, l’opposition aux exportations agricoles subventionnées qui constituent une concurrence déloyale pour les producteurs étrangers ne bénéficiant pas d’un tel support. Au niveau local, la souveraineté alimentaire favorise le maintien d’une agriculture de proximité pour alimenter les marchés régionaux et nationaux.

Nombre d’arguments sont invoqués pour promouvoir une approche qui est l’antithèse de l’agriculture industrielle moderne. L’agriculture de proximité créerait plus d’emplois et de retombées économiques régionales. Elle réduirait les émissions de gaz à effet de serre et les pertes de valeur nutritive liées au transport des aliments. De multiples productions vivrières à petite échelle augmenteraient la sécurité alimentaire des populations en les soustrayant aux aléas du commerce mondial (hausse rapide des prix, refus d’alimenter les populations étrangères en cas de crise, etc.) et serait davantage compatible avec la promotion de la biodiversité et du développement durable que les monocultures à grande échelle basées sur les produits chimiques et les organismes génétiquement modifiés. Le protectionnisme agricole protégerait les populations locales contre le dumping d’aliments moins nutritifs ou produits dans des conditions moins désirables pour la nature et les paysans. Finalement, l’agriculture de proximité favori-serait une relation plus étroite avec la nourriture, les producteurs voisins et le passage des saisons2. À notre connaissance, les leaders intellectuels des divers mouvements faisant la promotion de ces idées n’ont jamais véritablement discuté des contraintes géographiques, économiques et de sécurité alimentaire ayant historiquement motivé le passage de l’agriculture de subsistance à l’agriculture commerciale et, par la suite, le développement de la chaîne d’approvisionnement planétaire.

L’autosuff isance alimentaire n’est pas gage de développement durable

0 Commentaires

Laisser une réponse

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Créer un compte