1/22 DIAPOSITIVES © Shutterstock

Auto-suffisance : les succès dont il faut s’inspirer

Il y a toujours eu des gens pour préférer l’autosuffisance au consumérisme. Toutefois, si la tendance a pris de l’ampleur dans les années 1970, il y a eu une disette de franches réussites… jusqu’à tout récemment. L’autosuffisance revient à la mode, et pas seulement pour les héros du zéro déchet et les activistes du climat. L’une des raisons de cette tendance est d’ordre économique : les gens souhaitent échapper aux hypothèques et aux dettes. Une autre raison est la pandémie, qui a déclenché une kyrielle d’articles sur l’attrait de l’autosuffisance pour échapper aux villes surpeuplées et améliorer la sécurité alimentaire.

Mais l’autosuffisance, à quelque degré que ce soit, exige un travail et une planification difficiles et nécessite de nouvelles compétences, de nouvelles recettes et de l’inspiration. Pour commencer, voici une liste de 20 histoires de personnes et de mouvements réels qui ont réussi à emprunter cette voie.

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

2/22 DIAPOSITIVES © Instagram @ronfinleyhq

Ron Finley : le «jardinier gangster»

Élevé dans le «désert alimentaire» de Los Angeles, le militant Ron Finley s’est donné pour mission de permettre à sa communauté de contrôler une part essentielle de son alimentation. Il a construit une véritable oasis de potagers dans un espace public de Los Angeles, et explique l’importance de récupérer ce lieu pour montrer aux gens qu’ils peuvent améliorer leur qualité de vie en se tournant vers la nature et en acquérant des compétences qui les rendent plus autonomes sur le plan alimentaire.

Pourquoi le «jardinier gangster»? Au début de ses classes de maître, Finley explique que, pour lui, posséder des connaissances revient à être un gangster. Sa passion pour le jardinage est contagieuse et il encourage chacun, qu’il ait le pouce vert ou non, à devenir plus autonome en apprenant à cultiver sa propre nourriture. Vous pouvez suivre Ron Finley sur Twitter et Instagram.

Voir la photo sur Instagram

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

3/22 DIAPOSITIVES © Shutterstock

Vivre hors réseau sur l’île Lasqueti

L’île Lasqueti, au large des côtes de Vancouver (C.-B.), est un havre hors réseau qui a refusé l’installation de l’électricité dans les années 1970 et n’a jamais regardé en arrière. Et si seulement 40 % des personnes qui s’y installent tiennent le coup, celles qui restent s’attachent au style de vie qu’on y pratique. Dans un article publié sur The Tyee, un insulaire de l’endroit, Dave, explique en quoi consiste la vie hors réseau. Il raconte la construction de sa maison sur l’île, qui est alimentée par l’énergie solaire au moyen d’une roue hydraulique et un réservoir d’eau de 12 000 litres (3 000 gallons) pour faire fonctionner toute son installation.

Dave mentionne que la vie hors réseau vous oblige à acquérir de nouvelles compétences et vous amène à mieux comprendre la relation entre la nature et la technologie. Mais pourquoi a-t-il choisi de vivre de cette façon? Pour léguer à sa fille des valeurs et des compétences durement acquises.

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

4/22 DIAPOSITIVES © Instagram @mariefranceroy

Marie-France Roy : une petite maison tout confort

Faites connaissance avec Marie-France Roy, une planchiste professionnelle canadienne qui, lorsqu’elle n’est pas en montagne, vit sur l’île de Vancouver, dans une maison en torchis avec vue sur la forêt. La construction à la main (et au pied) de cette petite maison a pris cinq ans. Elle a été façonnée avec de la terre, des déchets non recyclables et des matériaux récupérés. Dans un entretien avec Patagonia, Marie-France explique : «J’ai pensé que la construction d’une maison plus petite à partir du plus grand nombre possible de ressources locales, naturelles et recyclées, serait une merveilleuse façon […] de rester plus connectée et plus ancrée.»

Vous voulez en savoir plus sur son expérience? Découvrez le film de 2014 de Marie-France, The Little Things, qui raconte la construction de sa petite maison et rapporte les histoires d’autres planchistes soucieux de l’environnement.

Voir la photo sur Instagram

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

Le diaporama continue sur la diapositive suivante

5/22 DIAPOSITIVES © Instagram @melissaknorris

Melissa Norris : vivre en propriété familiale rurale

La vie en propriété familiale rurale consiste à cultiver les aliments et à les mettre en conserve, à élever du bétail et à prendre soin en général de sa maison, de son milieu de vie et de sa communauté, en visant l’autosuffisance. C’est un mode de vie qui gagne en popularité grâce à des personnes comme Melissa Norris, qui explique aux non initiés en quoi il consiste. Dans l’État de Washington, elle appartient à la cinquième génération d’adeptes de ce mode de vie qu’elle a transformé en carrière en proposant des recettes et des cours, et même un podcast (The Pioneering Today Podcast) dans lequel elle explique tous les aspects de son quotidien, de la mise en conserve jusqu’au jardinage, en passant par la création de ses propres produits de bain et de beauté.

Bien que la vie en autosuffisance se déroule habituellement à la campagne, une tendance plus urbaine vers l’adoption de ce style de vie prend de plus en plus d’ampleur. Voici quelques activités pour vous permettre de suivre le mouvement.

Voir la photo sur Instagram

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

6/22 DIAPOSITIVES © Altimeter Films / MediaWeaver Entertainment

«Naturhus»

On doit le concept de «Naturhus» – une maison entièrement enveloppée par une serre – à l’écoarchitecte suédois Bengt Warne, qui a construit sa première «Naturhus» en Suède dans les années 1970. Depuis lors, un mouvement a pris naissance, comme en fait foi cette maison construite par l’ingénieur Anders Solvarm, que l’on a pu voir dans un récent documentaire d’Apple TV intitulé Home. La maison de Solvarm est conçue pour intégrer la nature; nichée dans une serre qui nourrit la famille tout en étant alimentée par les eaux usées de celle-ci, elle se trouve au cœur d’un petit écosystème autonome où ses occupants peuvent vivre et s’épanouir.

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

7/22 DIAPOSITIVES © Instagram @visiblemend

Raccommoder les vêtements

En 2015, la praticienne en textile Kate Sekules a lancé Visible Mending, un mouvement qui nous encourage à prolonger la vie de nos vêtements en réparant de manière créative les déchirures, trous et taches qui nous inciteraient normalement à nous en défaire. Kate Sekules propose sur son site Web des didacticiels, un répertoire de réparateurs et des idées inspirantes pour commencer (consultez aussi son compte Instagram!).

Comment est né Visible Mending? Kate explique que c’est en fait Tom van Deijnen, un extraordinaire raccommodeur de vêtements de laine, qui a inventé le terme. Basé au Royaume-Uni, Tom fait également du bénévolat au Brighton Repair Café et s’est fait un nom en organisant des conférences et des ateliers à travers le Royaume-Uni, l’Europe et au-delà.

Voir la photo sur Instagram

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

8/22 DIAPOSITIVES © Facebook @blueskyyogagirl

Jake et Nicole : la vie dans une yourte

En 2019, Jake et Nicole ont pris livraison de leur yourte chez Pacific Yurts avec le rêve de vivre hors réseau dans la nature sauvage du Canada. Un an plus tard, ils l’habitent toujours, publiant régulièrement des vidéos sur la vie en autosuffisance et leurs expériences variées avec les ours, le compost, les inondations et autres. Ils expliquent en quoi consiste le défi de repartir à zéro loin de la famille, sur une propriété uniquement accessible par bateau. Le couple affirme que son aventure est loin d’être terminée et qu’il a déjà hâte de voir ce que lui réserve la prochaine année.

Voir la photo sur Facebook

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

9/22 DIAPOSITIVES © Shutterstock

Francis et Marie : vivre hors réseau au Québec

Il y a environ quatre ans, Francis et Marie ont déménagé leur famille de trois personnes dans un géonef (une maison écologique) hors réseau au Québec, au Canada. Leur maison est alimentée par l’énergie solaire et le site comprend un système de récupération d’eau de pluie, des toilettes à compost, une serre, un jardin et des poulets. Francis et Marie étaient déjà familiers avec le jardinage urbain avant de quitter la ville, et la plus grande partie des aliments qu’ils consomment aujourd’hui vient de la terre; l’été, ils ne dépensent qu’environ 30 $ CA par semaine en épicerie.

N’étant pas de ceux qui abandonnent facilement un projet, Francis et Marie sont également connus sous le nom de Hempbassadors, plaidant pour l’utilisation du chanvre industriel pour tout, des vêtements aux soins du corps, en passant par les matériaux de construction et les sources énergies vertes.

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

Le diaporama continue sur la diapositive suivante

10/22 DIAPOSITIVES © Facebook @livingbiginatinyhouse

La grande vie dans une petite maison

Si vous êtes un fan de petites maisons, ne manquez pas Living Big in a Tiny House. Initiative de Bryce Langston et Rasa Pescud, cette populaire chaîne YouTube de Nouvelle-Zélande présente des modes de vie parallèles du monde entier. Ce bijou de série propose des visites de petites maisons, en décrit la construction, donne des trucs pour économiser de l’espace et plus encore.

En 2019, Bryce a terminé sa propre petite maison, qu’il a affectueusement baptisée «La Semence de vie». Au sujet de sa conception, il mentionne qu’il tenait à ce que cette maison soit pratique. Ainsi, il a réfléchi à chaque détail en accordant la priorité à la fonctionnalité et à l’habitabilité. Découvrez le compte Instagram de Bryce et Rasa pour vous inspirer!

Voir la photo sur Facebook

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

11/22 DIAPOSITIVES © Facebook @livingtinyandgreen

Vivre en mode écolo

Sur leur compte Instagram, Paul et Annett, fondateurs de Living Tiny and Green, expliquent qu’ils se sont donné pour mission de prôner un mode de vie vert, minimaliste et durable. De plus, ils ont décidé de documenter leur expérience. L’histoire raconte qu’en 2016, ce couple rêvait de vivre hors réseau, loin de la ville, dans une petite maison à zéro émission. Il n’avait pas de plan précis, mais voulait que son habitation soit alimentée par l’énergie solaire et dotée d’un jardin de permaculture. En 2018, au terme d’un travail acharné, Paul et Annett se sont retrouvés au cœur de leur rêve. Aujourd’hui, ils poursuivent le récit de leur expérience sur leur blogue et leur compte Instagram, expliquant aux curieux comment ils ont construit leur toute petite maison et comment ils y vivent.

Voir la photo sur Facebook

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

12/22 DIAPOSITIVES © Shutterstock

La vie en autosuffisance

L’autosuffisance prend toutes les formes et tailles et nécessite souvent une bonne combinaison de connaissances de ce mode de vie et de compétences en la matière, ainsi que la conscience de l’importance de l’entraide en communauté, entre autres. Pour ceux qui veulent en apprendre davantage sur l’autosuffisance ou prennent déjà part à l’aventure, il existe des communautés qui peuvent vous aider. L’une d’elles s’appelle The Self Sufficient Life, qui invite les intéressés à s’y joindre pour partager leurs connaissances et poser des questions.

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

13/22 DIAPOSITIVES © Instagram @little_house_in_the_woods_

L’agriculture régénérative

Regeneration International décrit l’agriculture régénérative comme une approche qui sert à inverser le changement climatique en reconstruisant la matière organique du sol et en restaurant la biodiversité dégradée. Cette méthodologie utilise diverses pratiques agricoles, notamment la permaculture, la rotation des cultures et le compostage. Incidemment, un couple fait un travail remarquable avec son propre jardin régénérateur : Anthony et Kirra. L’un et l’autre rêvaient depuis des années de vivre dans une petite maison et ont eu envie de créer un espace consacré au jardinage régénératif. Suivez-les dans leur aventure!

Voir la photo sur Instagram

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

14/22 DIAPOSITIVES © Facebook @TrashIsForTossers

Lauren Singer : la vie en mode zéro déchet

En 2015, Laura Singer a donné une conférence TEDxTeen pour parler de sa démarche zéro déchet au cours des trois dernières années. L’adolescente a raconté son cheminement vers l’abandon du plastique et a évoqué la difficulté d’y arriver. Elle a appris à fabriquer ses propres produits, à adapter ses habitudes et à acheter intentionnellement auprès des producteurs fermiers, dans les magasins d’occasion et plus encore.

Aujourd’hui, Laura est la fondatrice du site Trash is for Tossers et la fondatrice et PDG de Package Free, une boutique qui permet d’écarter facilement le plastique lors de vos décisions d’achat.

Voir la photo sur Facebook

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

Le diaporama continue sur la diapositive suivante

15/22 DIAPOSITIVES © Instagram @exploringalternatives

La maison flottante

Une autre initiative d’Exploring Alternatives, cette fois sur l’eau! Cette maison flottante hors réseau a été conçue et construite par Jay Blackmore directement sur le lac Kootenay, en Colombie-Britannique. Dans une interview, il raconte que c’est son attrait pour l’eau qui lui a donné envie qu’elle soit au centre de sa vie. Son rêve ayant pris forme il y a environ quatre ans, il a travaillé à la construction de sa maison flottante chaque fois qu’il avait du temps de libre, créant un espace de 65 mètres carrés alimenté à l’énergie solaire et chauffé par un poêle à granules.

Même si sa maison n’est pas tout à fait terminée, Jay Blackmore a décidé de raconter l’histoire de sa construction.

Voir la photo sur Instagram

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

16/22 DIAPOSITIVES © Pixabay

Le journalisme lent

Si le lien entre lenteur et pérennité des choses n’est pas évident, l’idée est essentiellement qu’une existence moins effrénée s’oppose à une culture de gratification instantanée qui nous pousse à consommer de façon irraisonnée. Selon Slow Living LDN., au lieu de prendre des décisions conscientes, nous consommons de manière compulsive sans vraiment réfléchir à l’impact de nos choix.

Delayed Gratification est une publication qui vise à ralentir notre consommation de nouvelles, nous mettant au défi d’adopter une approche plus nuancée et plus approfondie quant à la compréhension que nous avons des événements mondiaux. Ces publications ne sont pas les seules à traiter de la question; plusieurs autres sont apparues ces dernières années.

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

17/22 DIAPOSITIVES © Shutterstock

Le «slow travel»

En 2019, le «slow travel» était l’une des principales tendances en matière de voyages, et tout laissait croire que le phénomène allait se poursuivre en 2020. L’idée derrière ces «voyages lents» est de renoncer aux avions et aux forfaits tout compris pour adopter une approche plus volontariste et plus durable, une démarche qui vous demande de ralentir et d’apprécier le monde dans lequel vous voyagez.

Dans le contexte de la pandémie, beaucoup d’interrogations surgissent quand il est question de voyager. Bien que l’envie de voyager n’a pas disparu, on observe une nette tendance à demeurer chez soi ou à proximité, à ne se déplacer que sur la route et à opter pour la paix et la tranquillité. Bien que les raisons de cette tendance ne soient aucunement liées à la durabilité, le phénomène est compatible avec les principes et l’esprit du «slow travel». Seul le temps nous dira quel impact aura cette pandémie sur les tendances à venir.

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

18/22 DIAPOSITIVES © Unsplash

Arrêter le temps en forêt

Vous n’êtes pas prêt à troquer votre vie actuelle contre une existence hors réseau dans une toute petite maison? En janvier 2020, The Guardian a publié un article de Mark O’Connell à propos de son escapade en pleine nature. L’expérience qu’il s’est imposée avait pour but de ralentir la course effrénée qu’était devenue sa vie; après s’être rendu dans un endroit éloigné, en pleine nature, il s’est isolé dans une très petite zone pendant une période déterminée par lui, loin de tout divertissement ou distraction.

L’idée est de fuir momentanément l’agitation incessante de la vie en se rendant en pleine nature, là où la sensation de passage du temps est différente, afin de réintégrer son quotidien avec un regard neuf.

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

19/22 DIAPOSITIVES © Instagram @that_tiny_life_love

Un chez-soi dans un conteneur

Dans un épisode de Living Big in a Tiny House, Bryce Langston s’est entretenu avec Jaimie et Dave, un couple de l’État de Washington qui a construit sa maison à partir de conteneurs de marchandises dont l’espace totalise 38 mètres carrés; une démarche motivée par le désir de vivre sans avoir d’hypothèque à payer. Ils ont tout fait eux-mêmes sans se passer du réseau électrique conventionnel.

Construite en 10 mois, la maison se trouve sur un beau terrain qui est devenu leur oasis personnelle. Si vous souhaitez en savoir plus, sachez que Jaimie et Dave ont documenté leur aventure sur leur blogue.

Voir la photo sur Instagram

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

20/22 DIAPOSITIVES © Shutterstock

Casey et Natasha : une maison passive

Exploring Alternatives a interviewé un couple vivant en Ontario, au Canada. Casey et Natasha y ont construit une immense maison passive, qui ne fait appel à aucun combustible fossile. Qu’est-ce au juste qu’une maison passive? Casey explique que la clé pour obtenir l’efficacité énergétique maximale de ce type de demeure est de construire un espace étanche à l’air extérieur. Casey et Natasha ont travaillé avec détermination à chaque étape du processus de construction, du choix des matériaux au système de gestion de l’eau, en passant par le choix de l’emplacement afin que la maison profite de l’exposition au soleil.

Bien qu’ils ne vivent pas hors réseau, ils parviennent à capter suffisamment d’énergie solaire à partir du toit pour revendre à la ville une partie de l’électricité produite. Vous pouvez suivre la démarche de ce couple, axée sur la pérennité environnementale, sur leur balado, The Conscious Living Podcast.

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

21/22 DIAPOSITIVES © Shutterstock

L’île d’Eigg

Située au large de la côte ouest de l’Écosse, l’île d’Eigg est une île de l’archipel des Hébrides autonome et hors réseau. Les habitants ont pris possession de l’île en 1997 et ont pu établir l’électricité 24 heures par jour à partir de 2008 grâce à un réseau électrique communautaire entièrement renouvelable, alimenté par le soleil, le vent et l’eau. Aujourd’hui, l’île abrite environ 100 habitants et accueille 10 000 touristes chaque année. Si vous avez envie de la visiter, laissez votre véhicule à la maison et assurez-vous de découvrir à la fois la beauté naturelle des lieux et les commerces locaux (le salon de thé et la brasserie, par exemple) qui font de l’île d’Eigg ce qu’elle est aujourd’hui.

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

22/22 DIAPOSITIVES © Shutterstock

La mode responsable

La mode responsable est l’antithèse de l’industrie des vêtements bon marché et fabriqués en série, puisqu’elle est axée sur le cycle de vie complet du vêtement. Cette approche se veut responsable de A à Z, de la consommation d’eau aux matériaux et produits chimiques utilisés, en passant par les salaires et les conditions de travail. L’idée est de créer des vêtements durables et éthiques afin d’en limiter la consommation en grande quantité.

Cet article dans The Guardian aborde plusieurs façons d’adopter la mode responsable, dont l’achat de tissus solides, le lavage et la réparation de vêtements usés ou déchirés, afin d’en prolonger la durée de vie. Lorsque vos vêtements seront usés, vous pourrez vous tourner vers de nombreuses marques de vêtements issus de la mode responsable; une recherche rapide sur Google suffit à les trouver.

Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu’affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article.

22/22 DIAPOSITIVES

0 Commentaires

Laisser une réponse

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Créer un compte