Des préjugés tenaces et infondés sur les insectes comestibles

2,5 milliards de personnes -principalement en Afrique, en Asie et en AmĂ©rique centrale- se nourrissent quotidiennement d’insectes. On a tendance Ă  croire que cette population consomme des insectes pour lutter essentiellement contre la faim et qu’elle n’a pas d’autre choix. C’est une perception souvent infondĂ©e car les plats prĂ©parĂ©s par ces consommateurs sont justement considĂ©rĂ©s comme des mets savoureux, gustatifs et intĂ©ressants d’un point de vue nutritionnel. Cette habitude culinaire n’est pas forcĂ©ment Ă  mettre en rapport avec le manque de nourriture.

Manger des insectes peut devenir un choix judicieux, ne serait-ce que pour profiter des bienfaits nutritifsqu’ils apportent Ă  l’organisme humain. Les vertus et les avantages liĂ©es Ă  la pratique de l’entomophagie n’est plus Ă  dĂ©montrer. Les Ă©tudes qui se succèdent depuis dĂ©jĂ  des dĂ©cennies convergent tous vers les mĂŞmes conclusions : se nourrir d’insectes est bon pour la santĂ© !

Un concentré énergétique !

C’est aujourd’hui un fait : les insectes comestibles renferment une quantitĂ© phĂ©nomĂ©nale de nutriments essentiels Ă  la croissance du corps humain. Des protĂ©ines en pagaille, des vitamines, des minĂ©raux, des acides gras essentiels et autres qualitĂ©s que nous allons dĂ©velopper maintenant.

Les protĂ©ines : Nous le savons tous, les protĂ©ines sont indispensables et vitales au bon fonctionnement de l’organisme. Elles permettent notamment la construction, la rĂ©paration et le renouvellement de nos fonctions biologiques. Les insectes en possèdent Ă  foison. Si nous prenons le cas du grillon comestible par exemple, celui-ci contient 3 fois plus de protĂ©ines que le bĹ“uf Ă  poids Ă©gal. 100 g de grillons couvrent plus de la moitiĂ© des besoins quotidiens en protĂ©ines d’un adulte de 70 kg. La valeur Ă©nergĂ©tique -protĂ©ines plus matières grasses- peut ĂŞtre jusqu’Ă  5 fois plus Ă©levĂ©e chez les insectes.

Une dizaine de criquets cuits, soit 20 grammes, correspond Ă  la valeur Ă©nergĂ©tique d’un bifteck de 110 g !

Les vitamines des insectes :

Les vitamines doivent ĂŞtre apportĂ©es rĂ©gulièrement et en quantitĂ© suffisante par l’alimentation pour que le mĂ©tabolisme humain conserve un bon Ă©quilibre. Les insectes possèdent de nombreuses vitamines. Parmi les principales, la B1 qui permet le bon fonctionnement du système nerveux et des muscles.

La B2 qui joue un rôle primordial dans la transformation des aliments simples en énergie. Enfin, la B3 qui joue un rôle dans la formation des globules rouges, la circulation sanguine, le transport de l’oxygène aux cellules, le fonctionnement du système digestif et du système nerveux. Elle est également nécessaire à la synthèse des hormones sexuelles et à la production des neurotransmetteurs.

Les minéraux dans les insectes:

Également essentiels à notre organisme, les minéraux se trouvent en grande quantité chez nos amis les insectes sous la forme de calcium, de fer, de zinc et de phosphore. Le calcium est le principal composant des os et des dents. Il joue aussi un rôle important dans la coagulation du sang, le maintien de la pression sanguine et la contraction des muscles, dont le cœur. Le fer est essentiel au transport de l’oxygène et à la formation des globules rouges dans le sang.

Le zinc est un acteur dans la croissance et le développement de l’organisme et dans le système immunitaire (notamment la cicatrisation). Le phosphore quant à lui, aide à la formation et le maintien de la santé des os et des dents, participe à la croissance et à la régénérescence des tissus et contribue au maintien du PH à un niveau normal.

Les acides gras essentiels :

L’organisme humain n’est pas capable de fabriquer les acides gras essentiels. Pour en bĂ©nĂ©ficier, il doit donc impĂ©rativement en trouver dans l’alimentation ou les complĂ©ments alimentaires. Les insectes possèdent un de ces acides gras essentiels : l’acide lin-olĂ©ique. De type omĂ©ga-6, il intervient dans la fabrication de la membrane cellulaire. La grande majoritĂ© des insectes comestibles possèdent ces qualitĂ©s nutritives. Nous pouvons Ă©galement relevĂ© le cas des larves d’abeilles qui possèdent une très forte teneur en vitamine D. Une mygale grillĂ©e est l’Ă©quivalent d’un steak de viande rouge en terme de nutriments !

La teneur en fibres des insectes est plus Ă©levĂ©e que celle contenue dans la viande traditionnelle et comparable Ă  celle des lĂ©gumineuses. Les chairs des sauterelles, criquets ou fourmis ont des taux de lipides infĂ©rieurs Ă  5% et des teneurs en protĂ©ines très Ă©levĂ©s ; des arguments qui les placent en bonne position pour tous les adeptes des rĂ©gimes alimentaires ! Les termites, vers de farine et autres larves, beaucoup plus riches en apports Ă©nergĂ©tiques seraient bĂ©nĂ©fiques dans l’alimentation des populations souffrant de sous-alimentation.

Il est important de rappeler que les repas Ă©laborĂ©s Ă  partir d’insectes sont conformes aux normes de rĂ©fĂ©rences alimentaires prĂ©conisĂ©es par la FAO (Food and Agriculture Organization) des Nations Unies, l’OMS (Organisation Mondiale de la santĂ©) et de l’UNU (United Nations University).

Surmonter l’aspect psychologique de l’entomophagie

Principalement en Europe, les insectes comestibles inspirent gĂ©nĂ©ralement mĂ©fiance, peur et dĂ©goĂ»t. Notre Ă©ducation et notre culture nous ont amenĂ©s Ă  dĂ©considĂ©rer leur intĂ©rĂŞt culinaire alors qu’ils reprĂ©sentent une source alimentaire qui pourrait profiter Ă  tous tout en rĂ©pondant aux exigences liĂ©es Ă  l’Ă©volution dĂ©mographique.

La communautĂ© scientifique internationale est unanime : les insectes pourraient bien ĂŞtre la solution aux besoins alimentaires de l’humanitĂ© Ă  moyen terme. Il reste encore un long chemin Ă  faire pour faire prendre conscience qu’un repas Ă  base d’insectes apporte l’essentiel des nutriments nĂ©cessaires au corps humain.

Le soin apportĂ© Ă  la prĂ©sentation des plats et la nĂ©cessitĂ© de se nourrir finiront par avoir raison des rĂ©fractaires qui apprendront Ă  se rĂ©galer avec le croustillant de quelques grillons sortis du four accompagnĂ©s d’une sauce lĂ©gèrement Ă©picĂ©e ou avec quelques larves d’abeilles sautĂ©es au beurre avec quelques gouttes de miel sur un toast grillĂ© (un goĂ»t qui se rapproche de celui du bacon). Quand un repas est bon pour les papilles et pour la santĂ©, il n’y a aucune raison valable de s’en priver, suivez le mouvement entomovores

Source

0 Commentaires

Laisser une réponse

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Créer un compte