Introduction à l’agroforesterie

1.1Définition de l’agroforesterie

L’agroforesterie est une pratique agronomique qui se concentre sur l’utilisation des arbres et des arbustes, c’est-à-dire des plantes ligneuses pérennes dans les paysages agricoles, pour répondre à des besoins économiques, sociaux et écologiques. L’agroforesterie prend différentes formes et peut difficilement se définir en quelques mots. Au cours des années, plusieurs chercheurs en agroforesterie ont tenté de la définir.

Commençons par donner la définition de Anthony Young de l’ICRAF, en 1983, laquelle a la qualité d’être très complète, mais le défaut d’être un peu longue. Il définit ainsi l’agroforesterie : « Un nom collectif pour des systèmes d’utilisation du territoire et des technologies par lesquels des plantes ligneuses pérennes (arbres, arbustes, bambous, etc.) sont aménagées délibérément sur les mêmes terrains que les cultures agricoles annuelles et/ou les animaux domestiques (ex. bétail) selon un arrangement spatial précis ou selon une séquence temporelle prédéterminée de façon à générer des interactions écologiques et économiques entre les composantes du système. Cet arrangement peut se faire en succession ou simultanément de façon à accroître et soutenir le rendement. »

Une autre définition, celle de MacDicken et Vergara (1990), suggère ceci : « […] une utilisation du territoire qui implique délibérément la rétention, l’introduction et le mélange d’arbres ou d’autres espèces ligneuses pérennes dans les cultures agricoles annuelles ou les pâturages de façon à bénéficier des interactions écologiques et économiques ».

La dernière définition retenue est celle de Gordon et Newman (1997). Elle a le mérite d’être succincte, mais tout de même assez complète : « Une utilisation du territoire qui incorpore les arbres dans les cultures agricoles annuelles et les élevages d’animaux domestiques qui permet autant la production d’arbres, de cultures et d’animaux à partir du même terrain. »

(Pour toutes ces citations précédentes, il s’agit de traductions de l’anglais au français par le professeur responsable du cours.)

Ce qui est important de retenir dans toutes ces définitions, c’est que les systèmes agroforestiers sont pensés de façon à promouvoir les interactions écologiques. Ces interactions augmentent les rendements, l’utilisation des ressources (ex. nutriments, eau, lumière) et les bénéfices environnementaux (ex. enrichissement et stabilisation des sols, protection de la faune).

Après trente ans de recherche, nous savons maintenant que les systèmes agroforestiers sont biologiquement plus productifs, plus profitables financièrement (dans certaines régions) et plus viables que les monocultures agricoles ou forestières. De plus, lorsque les différentes composantes sont intégrées, c’est-à-dire les cultures, les arbres et les animaux domestiques, la performance de chaque composante ne peut pas être prédite selon son comportement normal en isolement (Gordon et Newman, 1997).

Source

0 Commentaires

Laisser une réponse

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Créer un compte